PÈRE ET AVENTURIER

Un explorateur responsable

 

Amoureux des grands espaces naturels, et de la nature en général, je suis une personne respectueuse de l’environnement. Engagé à mon échelle, je suis de ceux qui ne restent pas inactifs devant les choses que l’on peut changer. C’est ainsi que j’ai modifié ma façon de vivre.

 

En famille, nous avons par exemple radicalement modifié notre alimentation. Nous ne mangeons plus de viande rouge et très peu de viande blanche. Nous avons une alimentation bio et éco-responsable, en favorisant le commerce de proximité et les bouteilles en plastic ont été bannies de la maison.

 

Je suis également très sensibles au tri des déchets, ainsi qu'au nettoyage des plages de notre région. Apprendre à ses enfants comment vivre dans le respect de la nature, ne pas consommer à outrance, ne pas jeter les déchets n'importe comment, utiliser l'eau avec conscience, acheter en vrac sans emballage, sont autant valeurs que je m’efforce d'inculquer à mes filles, pour leur avenir, pour la planète !

 

Finalement, être responsable, commence déjà par «faire attention ». Lors de mes expéditions, j'ai garde évidement cet esprit et j’emporte tous mes déchets avec moi sur la route.

Mon histoire personnelle

 

Je suis né avec mon cordon ombilical autour du cou… je crois qu’on peut commencer mon histoire comme ça. Je suis l'aîné d'une fratrie de trois garçons.

 

J'ai toujours voulu essayer les choses par moi même, quitte à me brûler les ailes ou à en payer le prix. Cela m'a rapidement valu des exclusions de l’école. J’ai multiplié les provocations, les insultes, les bagarres… J'ai vécu une jeunesse difficile, souvent dans la violence. J'ai fugué de la maison à l'âge de 17 ans, jusqu'à mes 18 ans.

 

Schéma classique d’une vie dans la rue, j’ai fini par tomber la drogue. Cela m'a valu deux arrêts cardiaques entre 22 et 25 ans. Tout cela est heureusement derrière moi aujourd'hui, mais ces expériences font partie de ma vie, de mon passé. Je ne m'en cache pas car elles ont contribué à faire de moi la personne que je suis aujourd'hui. Mon caractère s’est forgé au fil de toutes ces expériences.

 

Le dépassement de soi

 

Ma jeunesse douloureuse et justement semée d'embûches m’a très vite amené à considérer le dépassement de soi comme une philosophie. Survivre est devenu un réflex.

 

Ma force, c'est mon mental, mon humour, le fait de relativiser sur la mort et sur la réelle place que nous occupons dans ce monde. Je transforme toutes les mauvaises expériences en autant d’apprentissages. Je ne regrette jamais rien, je fonce.

 

J'aime souffrir de manière réfléchie et bienveillante, pour tester mes limites tout en respectant mon corps. Se connaître passe, à mes yeux, par ce type d'expériences. Je veux y arriver coûte que coûte, me prouver à moi même que je peux le faire. La vie est trop courte pour ne pas se battre.

 

La débrouillardise

 

Rebondir face aux problèmes est essentiel. En expédition, lorsque je suis seul à l’autre bout du monde, c'est ma vie qui en dépend.

 

J'ai grandi avec une famille de manuels, et savoir bricoler pour réparer, trouver des solutions à des problèmes fait partie de moi. Je n’ai pas besoin d’y réfléchir, c'est instinctif.

 

En croisant ce côté manuel à mon instinct de survie, j'ai trouvé des solutions tout seul dans des milieux dangereux et hostiles. Et jusqu'à aujourd'hui, ça a marché puisque je suis en vie. J'ai survécu aux tempêtes, aux piqûres de scorpions, aux serpents, aux araignées, à l'extrême froid, à l'extrême chaud, à la déshydratation, aux blessures et tant d'autres choses.

 

Quand ta vie est en jeu, tu DOIS savoir être réactif et créatif.

 

Un papa aventurier

 

J'ai toujours eu besoin d'adrénaline pour me sentir vivant. Et même après avoir eu des enfants, j’en ai encore besoin pour vivre. Mais ma gestion du risque est différente, et j'essaie de faire au mieux pour que chaque fois soit meilleure que la précédente.

 

Aujourd’hui, mes filles sont ma force et ma faiblesse. Elles me donnent « la rage » et c'est une nouvelle approche que j'adore. J'aime ressentir la puissance qu'elles me donnent, sentir qu’elles m'aiment éperdument.

 

Quand je suis à la maison, j’essaie d’être un super papa. On fait mille choses ensemble et je partage au maximum mes passions avec elles. Et je leur ai expliqué que le travail de papa, c'est de partir explorer le monde. Au début, ma fille aînée me l'a fait payer, mais avec le temps, elle a compris. Aujourd'hui elles sont 100 % avec moi.

 

Ma compagne m'aide beaucoup, et je ne pourrais rien faire sans elle.

 

Mon message

 

Il faut vivre et essayer. Soit respectueux envers ta famille et aime-la le plus possible. Comme disait le personnage de Forrest Gump : « La vie c’est comme une boîte de chocolat, on ne sait jamais sur quoi on va tomber ».

 

Pour le savoir, il faut essayer. Alors fonce !  Essaie, brûle-toi, apprends, tombe, relève-toi, souris et respecte le monde où tu vis.

© 2019 ALL RIGHTS RESERVED
 par Dorian Fleuri - dorian.fleuri@gmail.com 

  • Instagram
  • Icône sociale YouTube
  • Twitter Icône sociale
  • Facebook Social Icône